Enquêteur

Si nous allions faire un tour du côté de Londres ? Plus précisément sur Baker Street, aux environs du 221 bis…


Sherlock Holmes s’était endormi presque par inadvertance un peu moins d’une demie heure auparavant. John Watson oscillait entre amusement et exaspération tandis qu’il préparait le dîner à la cuisine. Holmes avait tout de même pris soin d’accaparer le fauteuil le plus confortable de l’appartement, celui qui était dans la chambre de Watson. John ne pouvait s’empêcher de faire le parallèle entre Holmes et le chat qu’il avait lorsqu’il était étudiant en médecine pour lui tenir compagnie. L’animal semblait avoir pour but de repérer les meilleurs endroits possibles et d’y dormir toute la journée tandis que son pic d’activité se situait bien évidemment en pleine nuit. Le chat parcourait alors le studio en long en large et en travers, en mettant un point d’honneur à bondir sur le lit chaque fois que l’occasion se présentait, ce qui réveillait John approximativement toutes les heures. Les seuls moments où il était en phase avec son chat coïncidaient avec les rares soirées desquelles il rentrait au beau milieu de la nuit.

Vivre avec Holmes revenait au même. John et lui avaient des horaires parfaitement décalées. Sauf quand ils étaient sur une affaire. Enquêter avec Sherlock Holmes était comme aller à une fête qui durerait une semaine. Et s’y saouler jusqu’à frôler le coma éthylique. Le monde s’estompait et se rétrécissait pour n’être plus restreint qu’à celui de l’enquête. John s’empara d’une poêle qu’il posa sur un brûleur à la flamme bleue avant d’y verser de l’huile qui se mit à crépiter.

– Je croyais vous avoir dit pas de friture, John.

Watson sourit et leva les yeux au ciel tout en déposant deux escalopes de dinde dans la poêle.

– Et moi, je croyais que adoriez les escalopes de dinde aux champignons.

Un visage encore floué par le sommeil passa l’encadrement de la cuisine.

– Seulement quand elles ne sont pas cuisinées dans mon appartement.

– Vous savez, j’aurais aussi pu faire des frites…

– Oh, taisez-vous et cuisinez. Je retourne enquêter.

Watson ne pu s’empêcher de lâcher un petit rire moqueur. Holmes arqua un sourcil d’un air dédaigneux.

– Riez, John, mais pendant que vous pratiquez de viles taches manuelles comme la cuisine ou le rangement, moi j’analyse, je triture les données, je synthétise, j’enquête.

Watson retourna les escalopes avant de se retourner vers Holmes. Il avait les traits affaissés, les cheveux aplatis seulement d’un côté, les yeux plein de brouillard et portait encore sa robe de chambre grenat molletonnée.

– Vous ne pouvez pas honnêtement penser ce que vous dites, Sherlock. Vous dormiez à l’instant.

La réponse ne se fit pas attendre, Holmes fit volte face dans un théâtral bruissement de sa robe de chambre. Après quelques pas, John entendit un « wooosh » indiquant qu’il s’était laissé tomber à nouveau dans son fauteuil. Après avoir réduit le feu, champignons et crème rejoignirent les escalopes dans la poêle. Alors qu’il disposait les couverts sur la table, le téléphone de John vibra. Un SMS. De Mary.

Viens tout de suite. J’ai une surprise pour toi. ❤

John déposa le dîner sur un plateau à côté de Holmes, avec une note.

Bonne « enquête » !


Alors, aussi choquant que cela puisse paraître, j’ai ramené Holmes et Watson à notre époque (avec l’aide d’un certain Docteur et d’un Tardis…). Bon, j’avoue, je me suis un peu inspirée de la dernière série en date sur Sherlock Holmes, sobrement intitulée   » Sherlock  » et produite par la BBC. http://www.bbc.co.uk/programmes/b00t4pgh

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Fanfiction, Micro-histoire, Sherlock Holmes

4 réponses à “Enquêteur

  1. Gillou

    Une petite lecture à 7h du mat avant d’aller en cours, ça fait sacrément plaisir, c’est sympa de m’offrir ça 😉

  2. Comme tu ne pouvais pas le savoir, je tenais à te dire que je suis (à la base), un immense fan de Sherlock Holmes, j’adore sa logique, les enquêtes, les livres.. Vraiment, le Londres du début du 19° me donne des frissons.. Donc j’suis forcément tombé sur ton article! Evidemment, bourré de références! Je pense que tu as lu qq uns des originaux! Après le style est fluide, assez envoûtant, même si l’ambiance est moderne. Toujours les retours brutaux à la réalité après le songe (comparaison Holmes – Chat > Préparation repas)

    Mention spéciale pour l’humour anglais qui hante tes lignes. J’ai souri. C’est un point pour toi!
    Bon courage, je m’abonne et je reviendrais souvent!

    Indy

    • Merci beaucoup ! Ça me fait vraiment très plaisir, cette critique ! En plus, d’après ce que tu me dis, tout ce que je voulais faire passer est passé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s