Premier contact

Cette micro-nouvelle s’inspire de faits réels… Si, si !

 

– Cromax, chef ! Venez voir ! s’exclama Iluss. Dépêchez-vous !

Cromax lança un grognement depuis les cabinets afin de signifier à son jeune et beaucoup trop enthousiaste coéquipier qu’il avait bien reçu le message, mais que bon, minute, on n’était pas aux pièces et puis laisse-moi faire ce que j’ai à faire tranquille à la fin, jeune blanc-bec !

– Mais allez, chef, plus vite !

Nouveau grognement. Cromax désespérait d’arriver un jour au bout de la formation d’Iluss, il avait beau avoir eu les meilleures notes à l’académie, ça n’en faisait pas moins un incroyable emmerdeur. Naïf et plein de bons sentiments avec ça. Cromax, lui, n’avait jamais été comme ça. Enfin si, peut-être une minute ou deux le jour où il était devenu officiellement éclaireur, mais il avait vite déchanté avec la peau vache qu’il avait eue comme supérieure. Il remit sa combinaison sans se presser, il n’allait quand même pas se plier aux exigences du morveux, non ? puis rejoignit Iluss à l’avant du vaisseau de reconnaissance.

– Là, chef, regardez ! fit Iluss dès qu’il se pencha sur le tableau de bord. Vous voyez ? Cette planète est habitée !

– Oui, Iluss, je vois, dit Cromax en un soupir. Cette planète est habitée… tout comme les dix précédentes sur lesquelles nous avons été envoyés.

Iluss était clairement contrarié par le manque d’entrain que manifestait son chef. Il avait l’air déçu, pauvre petite chose.

– Non mais, chef, regardez encore !

Cromax s’exécuta, non sans exprimer son impatience par un regard assassin à l’intention d’Iluss.

– Voyons, alors… Oui, je vois un joli paquet d’ordures en orbite, nous avons encore affaire à des malpropres sans gêne, comme c’est étonnant. La civilisation ne doit en être qu’à ses balbutiements…

– Et pourtant chef, ne put s’empêcher de dire Iluss, si vous regardiez encore, vous verriez que les êtres qui peuplent cette planète sont terriblement avancés : ils volent.

Cette fois, la curiosité de Cromax était piquée. De tous les systèmes visités, ils n’avaient encore jamais vu ça, à condition qu’Iluss ne se soit pas trompé et que ce soit bien des créatures volantes et non des machines, alors ce serait une première.

– Essayez d’envoyer un signal, Iluss, voyons s’ils ont les moyens de le capter et de nous envoyer une réponse.

– à vos ordres, chef.

 

*

 

Jean-Michel s’était levé à l’aube et avait avalé une bonne cinquantaine de kilomètres avec sa vieille mais fringante 4L. Accompagné de tout son attirail de pêche, il avait fuit aussi loin qu’il avait pu de Thérèse. Mais il fallait se rendre à l’évidence, Jean-Michel n’avait jamais été un bon pêcheur, midi approchait et malgré les nombreuses touches qui avaient secoué son bouchon, il n’avait rien attrapé, pas même un tout petit poisson. Il sentit qu’il piquait du nez, mais ne fit rien pour résister. Ça n’en valait pas la peine. Qu’est-ce qu’il pourrait bien louper de toute manière ?

Lorsqu’il se réveilla un quart plus tard, Jean-Michel n’en crut pas ses yeux. Tout autour de lui, gisaient des centaines d’oiseaux morts. Merles, canards, moineaux, tous raides morts à terre ou bien flottant sans vie portés par le courant de la rivière. Jean-Michel remballa calmement son matériel de pêche et rejoignit sa 4L au pas de course pour aller retrouver les rassurantes récriminations de Thérèse.

 

*

 

– Bon, Iluss, ça suffit, déclara Cromax. Voilà maintenant dix heures que nous attendons une réponse. Je crois qu’il faut se rendre à l’évidence, les habitants de cette planète sont clairement sous-évolués, et ce malgré leur étonnante capacité à voler.

Iluss, défait, en convint. Il avait diffusé le signal à pleine puissance sur toutes les longueurs d’onde possibles avec le vaisseau de reconnaissance. S’ils n’avaient pas répondu, c’est qu’ils étaient sourds ou bien stupide. Ou qu’ils avaient peur. Iluss avait remarqué que beaucoup des êtres volants avaient cessé tout mouvement après la diffusion du signal. Bah, peut-être n’aimaient-ils pas être dérangés.

– Chef, je programme notre prochaine destination ?

– Oui, faites, faites, Iluss.

 

Et voici les faits dont s’inspire cette histoire :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/01/04/nouvelle-pluie-mysterieuse-d-oiseaux-morts-aux-etats-unis_1461058_3244.html

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Micro-histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s